Réseau école du Parti communiste français

Réseau école du Parti communiste français
Accueil
 
 
 
 

L'apprentissage, panacée ou aubaine pour le patronat ?

La mesure donnant aux entreprises la possibilité d'étendre le temps de travail des apprentis de 35 à 40 heures a vécu, grâce à la mobilisation. Mais cet article de la « loi travail » a fait tomber les masques.

Non, l’apprentissage n’est pas la réponse à l'échec scolaire des jeunes des milieux populaires. L’apprentissage, c’est 20% d'abandon par rupture de contrat et pour ceux qui vont au bout de leur formation, trop souvent le chômage comme seul débouché. Ainsi, les diplômés du bâtiment, dont près de 80% sont issus de l’apprentissage, sont massivement au chômage (38% de chômeurs).

Oser envisager de faire travailler des mineurs dès l'âge de 14 ans jusqu'à 40 heures par semaine sur simple déclaration à l'inspection du travail, c'est avouer crûment que les patrons voient surtout dans les apprentis un moyen commode d'augmenter la production de l'entreprise. Aucun argument pédagogique ne peut le justifier. Bénéficier d'une main d'œuvre docile et bon marché se double pour eux de la possibilité d'intervenir directement dans la définition des contenus de formation délivrée, et de veiller à ce qu'ils ne développent surtout pas d'esprit critique ni de recul vis-à-vis du métier et des conditions de son exercice, réduisant la formation à l'acquisition de pratiques et de comportements. D'autant plus que tôt sortis de l'école, ces jeunes n'ont pu bénéficier d'enseignements tels que la philosophie, les sciences sociales...

Marque supplémentaire du peu de cas qu'on fait du sort réservé aux apprentis : alors que la taxe d'apprentissage n'est aujourd'hui versée qu'aux établissements reconnus par l'Etat, ce qui assure un minimum de contrôle sur les contenus (laïcité...), et empêche des frais de scolarité trop élevés, la loi Travail propose d'en faire bénéficier les établissements privés confessionnels ou patronaux non reconnus par l'État.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.