Réseau école du Parti communiste français

Réseau école du Parti communiste français
Accueil
 
 
 
 

Vers un front de propositions et d'action pour l'école de l'égalité : après le 23 mai, on continue !

Le 23 mai dernier, le PCF était à l'initiative d'une rencontre nationale des acteurs de l'éducation sur le thème "Quelle politique de gauche pour l'école ?". Plus de 200 participants, syndicalistes, parents d'élèves, militants de l'éducation populaire, élus ont travaillé en atelier sur les questions qui divisent la gauche. 

 

Yves Peuziat, du Syndicat des Inspecteurs d'Académie, a d'emblée posé la questions des finalités du système éducatif dans l'atelier "Défis nouveaux du travail, de la démocratie et de la mutation écologique: de quels savoirs a-t-on besoin ?". L'évolution de la société nous met au pied du mur : il est nécessaire d'élever le niveau de formation et de qualification, pour permettre à tous les citoyens de demain de prendre en main leur destin, celui du pays et celui du monde. Une telle ambition demande du temps. 

Dans l'atelier "Mieux d'école, est-ce plus ou moins d'école?", la sénatrice Brigitte Gonthier-Morin a défendu l'allongement du temps scolaire et la prolongation de la scolarité obligatoire jusqu'à 18 ans. Cette mesure phare implique une transformation profonde de l'école, de ses contenus et de ses pratiques, pour assurer la réussite de tous.  Contre l'individualisation de la "difficulté scolaire" et tous ceux qui veulent traiter ce problème en dehors de l'école, Christine Passerieux, du GFEN, a montré la possibilité de réponses collectives à la difficulté et au "décrochage", dans le service public d'éducation nationale. 

Claire Pontais (syndicaliste enseignante) a ouvert les pistes d'une revalorisation et d'une transformation du métier d'enseignant.  Bruno Masurel, d'ATD Quart-Monde, est intervenu pour souligner l'urgence de faire une place à tous les parents pour faire réussir tous les enfants. L'égalité territoriale et les relations entre l'école, la culture et le travail ont aussi été au coeur des débats. Nicolas Bonnet, président du groupe communiste à la mairie de Paris, est revenu sur la réforme des rythmes scolaires et sur la nécessité de construire un grand service public du périscolaire. Belaide Beddredine, conseiller départemental de Seine-Saint-Denis, adjoint au maire de Montreuil chargé de l'éducation, et Lorenzo Barrault-Stella, chercheur au CNRS spécialiste de la carte scolaire, ont débattu des outils nécessaires et possibles pour construire l'égalité territoriale. Avec Henriette Zoughebi, vice-présidente de la région Île de France en charge des lycées, les jeunes communistes ont posé la question de l'avenir de la jeunesse, et des relations à construire entre formation, qualification et emploi.

 

Cette matinée de travail et de débat a permis de construire une série de propositions, qui dessinent déjà les contours d'un plan d'urgence pour l'école de l'égalité. Le débat de l'après-midi a permis de les soumettre à la FSU, ainsi qu'aux représentants des forces de gauche présents (le NPA, Ensemble, le PCF et le Front de Gauche éducation). Notre ambition est maintenant de mettre ces propositions en débat, de multiplier les lieux de rencontre et d'élaboration, de mettre en mouvement tous les acteurs de l'éducation pour imposer cette transformation de l'école. 

 

Pierre Laurent a conclu la journée en affirmant "L'école a besoin d'une refondation pour l'égalité et l'émancipation. Nous sommes au pied du mur. […] À tous ceux qui ont voté François Hollande et qui sont aujourd'hui déçus et désespérés, à toutes les forces disponibles pour réagir, nous disons : la gauche existe, elle est dans cette salle et elle est prête à travailler sur un projet d'égalité".

 
Dans les semaines qui viennent, nous diffuserons une synthèse du travail du 23 mai, reprenant à la fois les principales propositions formulées par les ateliers et les questions en débat. Cette synthèse servira de support à des débats locaux. Elle fera l'objet de rencontres avec les acteurs de l'éducation et les forces de gauche, au niveau national comme au niveau local. Notre ambition est de construire un large front de proposition et d'action pour l'école de l'égalité. L'université d'été du PCF, la Fête de l'Humanité, la campagne des élections régionales seront autant d'étapes dans cette construction.
 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.