Réseau école du Parti communiste français

Réseau école du Parti communiste français
Accueil
 
 
 
 

Révision de la carte des réseaux d’éducation prioritaire.

Révision de la carte des réseaux d’éducation prioritaire.

L'austérité pour les collèges de l'Oise, contre le droit à la réussite des jeunes Isariens. 

La révision de la carte nationale de l'Éducation prioritaire engagée par le gouvernement et relayée 
dans l'académie d'Amiens, dictée par un budget insuffisant, est un véritable recul pour l'education 
des jeunes.
 
Car si le budget de l'education nationale augmente de 2,32% (1,7% si l'on soustrait l'aide au 
nouveau rythme scolaire) les moyens qu'il permet ne pourront répondre aux évolutions de notre 
système éducatif, ni non plus au véritable défi du droit à la réussite des jeunes.
 
C'est la mise en œuvre de la politique d’austérité dans l'Education nationale qui continue, ainsi 
2511 postes sont créés dans les écoles primaires de notre pays qui pour l'essentiel seront 
absorbés par les 23 600 élèves nouveaux attendus. (35 600 en 2014)
 
Dans notre département, les collèges de Mouy, Crèvecœur et Méru (Mendes-France) quittent le 
dispositif d'education prioritaire, avec leur 1660 élèves et 125 enseignants. 
C'est malheureusement le contraire de l’ambition pour la jeunesse clamée par le President de la 
République.
 
Ainsi, dans l'Oise, la nouvelle carte des REP+ ; Beauvais (Fauqueux et Baumont) Compiègne 
(Malraux) Montataire (A France) Creil (G Havez) concentrera des moyens utiles, mais limités à trop 
peu d'établissement et trop souvent au détriment des établissements voisins. 
 
Huit autres collèges demeureront (REP) en zone d'éducation prioritaire; Meru (Le Thelle) Nogent 
sur Oise (2) Noyon (2) Compiègne (Denain) Creil (Rousseau) Villers St Paul. 
 
La carte de l'education prioritaire de l'Oise comportera donc 13 collèges et 7349 élèves sur 38 500 
au total, soit une baisse de 18,5% et donc trois collèges en moins, qui verront leurs moyens réduits 
et leurs effectifs par classe s'élever. 
 
Cette situation est mauvaise, au regard des difficultés sociales et économiques qui touchent la 
population et le territoire de l'Oise. Face à la croissance des inégalités sociales, du chômage et de 
la précarité, aux difficultés trop nombreuses des familles, à la misère en territoire rural, c'est le 
contraire qu'il aurait fallut faire : développer l'education prioritaire. 
 
Cette situation est aussi très négative quand on connait les difficultés rencontrées par les équipes 
pédagogiques et éducatives sur les collèges concernés ! 
 
Enfin cette situation vient contrarier les efforts de la collectivité départementale, le conseil général 
poursuivant sa priorité à la réussite éducative des jeunes collégiens Isariens, malgré les 
contraintes que lui imposent à lui aussi les choix nationaux.
 
Le président du conseil général a demandé au recteur d'académie de reconsidérer la situation des 
trois collèges concernés. 
 
Pour ma part et dans ces conditions, je comprends la colère immédiate et légitime des enseignants, 
mais également des parents d'élèves, leur lutte qui s'engage et je leur apporte mon soutien plein et 
entier. Car je suis persuadé que seul le rassemblement de toutes les forces qui ne veulent pas de 
l'austérité dans l’éducation nationale, permettra de peser pour que s'imposent d'autres choix 
mettant le jeune élève et l'humain au centre des décisions.
 
Alain BLANCHARD
 
Vice-Président du conseil général de l'Oise
 
Chargé de l'education et de la jeunesse.
Beauvais le 03.12.2014.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.