Réseau école du Parti communiste français

Réseau école du Parti communiste français
Accueil
 
 

La lettre du réseau septembre-octobre 2012

L'exigence de changement

 

Le président de la république a annoncé après la concertation sur l’école un certain nombre
de mesures qui pourraient prendre corps dans le cadre d’une réforme de l’école. Il est à
noter un changement profond de discours par rapport à ce que 10 ans de droite ont été en
terme d’attaques et d’accentuation des inégalités sociales et scolaires. Il est aussi à noter la prise en
compte d’un certain nombre de propositions portées, parfois depuis de longues années par les
organisations syndicales ou de parents d’élèves. néanmoins, le discours du président de la
république, loin de clore le débat, pose un certain nombre de questions.
Le partage des savoirs dans toute la société est aujourd’hui un des enjeux de civilisation que la crise
du capitalisme rend encore plus urgente à résoudre. cela concerne l’école, mais aussi la formation
professionnelle, l’accès aux savoirs et à la formation tout au long de la vie. c’est un enjeu démocratique,
social, économique, c’est un enjeu de civilisation. La capitalisme en crise est aujourd’hui incapable
de relever ce défi plongeant les sociétés du monde entier dans le recul de civilisation, attaquant
la démocratie, la souveraineté des peuples, menant bataille contre l’aspiration profonde du
monde du travail et de la création à être décideur des grandes orientations pour leur entreprise,
leur territoire, leur pays.
ce défi ne pourra être relevé dans un contexte de politique d’austérité et de mise sous l’éteignoir
des aspirations populaires. ouvrir une nouvelle phase de démocratisation scolaire est aujourd’hui
une nécessité. or, malgré les avancées, malgré le changement de discours, le projet présenté par le
président de la république maintient les contradictions du système éducatif actuel.
L’éducabilité de tous s’oppose à l’idée de socle et d’individualisation des parcours. comment
donner dans l’école à chacun ce dont il a besoin tout en garantissant pour tous et toutes le même
haut niveau d’ambition et de culture commune ? ce n’est pas seulement la question des programmes
ou d’un socle individualisé qui est posée, mais il s’agit d’interroger tous les acteurs éducatifs
pour répondre à la question de la difficulté scolaire, du décrochage, de la sortie du système
éducatif sans diplôme et sans avoir acquis une culture commune ambitieuse.
Pour relever ce défi, il ne faut pas moins d’école, mais plus d’école. Il faut aussi affirmer qu’il est
possible d’élever le niveau de formation d’une classe d’âge dans son ensemble, et qu’il faut
construire une école pour celles et ceux qui n’ont que l’école pour acquérir ce niveau ambitieux de
formation. Il faut des moyens et une volonté politique affichée et assumée qui ne contourne pas les
véritables débats qui se font jour dans la communauté éducative.
c’est l’ambition des communistes d’être utiles à ce débat et aux transformations de l’école. des
questions vont se poser très vite :
• L’acte 3 de la décentralisation induit le risque d’accentuer le démantèlement du service
public de l’éducation et de consacrer les inégalités territoriales.
• Le débat sur les rythmes scolaires doit s’ancrer sur une idée force : il faut plus et mieux
d’école.
• La question des moyens ne peut être contrainte par le dogme de la réduction des déficits
publics.
• La question des programmes doit se mener à partir de l’idée d’élever pour tous le niveau de
culture commune en une école obligatoire de 3 à 18 ans.
• Dès aujourd’hui, la question de la difficulté scolaire doit être la priorité du gouvernement
pour les années qui viennent : repenser sa prise en charge et son redéploiement doit être
une exigence.
Pour être utiles au changement et donc au rassemblement sur des contenus transformateurs prenant
en compte les aspirations populaires, il nous faut poser dans le débat public des propositions
qui donnent sens et corps à notre ambition qui je crois est aujourd’hui très largement partagée
dans la communauté éducative et dans la société.
sébastien Laborde, secrétariat du réseau école

 

La lettre du réseau septembre-octobre 2012

 

La lettre du réseau septembre-octobre 2012

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.