Réseau école du Parti communiste français

Réseau école du Parti communiste français
Accueil
 
 
 
 

Carnets rouges n°21 | Janvier 2021 | Lucien Sève et l'éducation

Un an après la disparition de Lucien Sève, le dernier numéro de Carnets rouges revient sur l'apport de philosophe en matière d'éducation et notamment sur son fameux article publié dans L'École et la Nation en 1964 : « Les dons n'existent pas », intégralement réédité pour l'occasion dans ce numéro de la revue.
 

Consultez et téléchargez ce numéro
sur le site internet de la revue

 

Bonne lecture !

 

Au sommaire de ce numéro

L’Édito | Christine Passerieux
Consacrer à Lucien Sève un numéro spécial de Carnets Rouges s’est imposé comme une évidence. Car notre projet, depuis la création de la revue, s’inscrit dans la filiation de cette révolution idéologique et culturelle qu’il a initiée dans les années 60.

Le dossier

Les “dons” n’existent pas | Lucien Sève
Article initialement paru dans L’École et la Nation en 1964.
« Votre enfant n’est pas doué. » La phrase tombe comme le couperet. Elle résonne comme le « plus aucune chance  »du chirurgien sortant de la salle d’opération. Pour l’enseignant, c’est un constat d’impuissance, un aveu d’échec, parfois un drame de conscience. Pour les parents, elle signifie l’angoisse […] et, souvent, la ruine des espoirs et des sacrifices d’une vie entière. Devant ce double drame, trop jeune peut-être pour comprendre mais non pour pressentir, l’enfant entrevoit la somme de résignation que va engendrer cette étrange infirmité qu’on lui découvre, cette carence irréparable, le « manque de dons ».

Marxisme et sciences du psychisme. Penser avec Lucien Sève | Jean-Yves Rochex
« Marxisme et sciences psychiques », tel est le titre d’une émission de télévision locale réalisée par Antoine Spire en 2015, et consacrée à l’œuvre de Lucien Sève. Titre qui faisait explicitement écho à celui de l’ouvrage majeur de Lucien Sève, Marxisme et théorie de la personnalité, publié pour la première fois en 1969, quatre fois réédité depuis et traduit en vingt langues, et que revisite son auteur dans son ouvrage “L’homme” ? paru en 2008, lequel est au centre de l’émission d’Antoine Spire.

La plasticité cérébrale : une révolution pour la compréhension de l’humain | Catherine Vidal
Quelle est la part de l’hérédité et celle de l’environnement social et culturel dans la construction de nos aptitudes et de nos personnalités ? On a longtemps pensé que dès la naissance, le cerveau était programmé par des lois biologiques héréditaires qui orientaient nos destins. Ces conceptions sont désormais caduques face à la découverte des capacités de « plasticité » du cerveau qui se façonne tout au long de la vie en fonction des apprentissages et des expériences vécues. Rien n’est figé dans le cerveau de façon immuable. C’est une véritable révolution pour la compréhension de l’humain. Notre cerveau est l’organe de la pensée et de la liberté !

La déconstruction de l’idéologie des dons, initiatrice d’autres batailles d’actualité | Stéphane Bonnéry
L’article « Les dons n’existent pas » reste une référence aujourd’hui après avoir marqué une génération de militants et de chercheurs. Publié en 1964 dans L’École et la Nation, revue du PCF à l’attention des milieux éducatifs, il a engendré des campagnes d’idées et d’action et a inspiré une partie du projet communiste de réforme scolaire alternatif à la politique gaullienne. Son influence ne se limite pas à sa propre portée, mais aussi à ses convergences avec d’autres argumentaires, ainsi qu’à ceux qu’il a inspirés ultérieurement pour déconstruire les idéologies de renoncement à l’école démocratique. Pourtant, il a suscité des réticences pour être publiées, qui non seulement permettent de mieux comprendre le contexte de sa production, mais aussi apportent des éclairages sur l’utilité de batailles de contenu à l’action politique.

L’enfant, un sujet aujourd’hui effacé ? | Danielle Levy & Patricia Oliveira Da Rocha
En 1964, Lucien Sève publie un long article où il analyse la théorie des dons comme une idéologie « matérialiste qui surestime l’hérédité biologique ». Il réitère sa critique en 2009 : « L’espèce humaine  » (à l’opposé des espèces animales dont les comportements sont « génétiquement réglés  ») accumule « ses acquis matériels et mentaux dans un monde humain extérieur aux individus  », un « univers en développement illimité » … « par l’appropriation inépuisablement singulière duquel chaque petit d’homo sapiens sapiens a à devenir psychiquement homme, à s’hominiser ».

Révéler ses talents au travail. Pour qui, pour quoi ? | Danièle Linhart
La modernisation managériale a largement contribué à personnaliser la relation de chacun au travail. […] Cette modernisation nous a sorti du « à travail égal, salaire égal » et chacun « négocie » désormais son destin individuellement dans l’entreprise. Elle révèle une forme de management axé sur une mobilisation de la subjectivité des salariés qui stimule leurs besoins de reconnaissance, leurs désirs d’être distingués pour leurs qualités non seulement professionnelles mais aussi personnelles, et ce afin d’obtenir d’eux qu’ils réalisent « de leur plein gré » un travail dont la finalité et les critères de qualité et de rentabilité sont décidés en dehors d’eux.

Lucien Sève et le GFEN, et réciproquement ! | Pascal Diard (GFEN)
Dans l’histoire du GFEN, Lucien Sève est intervenu dans nos publications à deux reprises. En 1974, il contribue à l’ouvrage : L’échec scolaire, « doué ou non doué ? ». Son article, « Les “dons” n’existent pas », était composé de larges extraits de celui, fondateur, paru en 1964 dans L’École et la Nation. Puis en 2009, dans Pour en finir avec les dons, le mérite et le hasard (La Dispute) il écrivait sa contribution, non sans humour, sous le titre : « Les dons n’existent toujours pas ».

Penser l’orientation avec Lucien Sève. Psychologie de la personnalité et formes historiques d’individualité | Régis Ouvrier- Bonnaz
Dans l’introduction de l’ouvrage Penser avec Marx aujourd’hui. « L’homme » ?, Lucien Sève, évoquant sa scolarité à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm dans les années d’après-guerre et à la Sorbonne où il prépare un certificat de psychophysiologie dans le cadre de l’agrégation de philosophie, écrit : « on pouvait même, c’était mon cas, prendre un réel intérêt de curiosité à la psychologie animale qu’enseignait magistralement Henri Piéron  ». L’intérêt porté à l’enseignement de Piéron, l’un des fondateurs en France de la psychologie appliquée à l’orientation, attira mon attention. Que recouvrait cette curiosité ?

L’entretien

Entretien avec Paul Devin | Ce jour-là, bien des choses changeront
Paul Devin est secrétaire général du SNPI-FSU et président de l’Institut de recherche de la FSU. Il est également membre du Comité de rédaction de Carnets Rouges.

Propositions de lecture

Le Coaching scolaire. Un marché de la réalisation de soi | Anne-Claudine Oller
Note de lecture proposée par Erwan Lehoux

« Les privatisations de l’éducation » | Thierry Chevaillier & Xavier Pons (Coord.)
Revue internationale d’éducation, Sèvres, n°82, décembre 2019
Note de lecture proposée par Christine Passerieux

Longtemps j’ai rêvé de mon île | Lauren Wolk
Littérature jeunesse proposée par Françoise Chardin

Violette Hurlevent et le jardin sauvage | Paul Martin
Littérature jeunesse proposée par Françoise Chardin

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Carnets rouges n°21 | Janvier 2021 | Lucien Sève et l'éducation

le 02 March 2021

A voir aussi