Réseau école du Parti communiste français

Réseau école du Parti communiste français
Accueil
 
 
 
 

Un emploi fonctionnel pour les directeurs et directrices d’école ? L’école n’est pas une entreprise !

 

L’Assemblée nationale examinera à partir de demain une proposition de loi créant la fonction de directeur d’école déposée par la majorité LREM. Si elle renonce à la création d’un statut particulier, elle fait tout de même du directeur le « délégataire de l’autorité académique pour le bon fonctionnement de l’école dont il a la direction ». En outre, le cadre d’emploi proposé, l’emploi fonctionnel, renforcera le pouvoir discrétionnaire du DASEN sur les directeurs et directrices d’école.

Loin de répondre aux revendications des directeurs et directrices d’école, auxquels il n’accorde quasiment aucun moyen supplémentaire pour exercer leurs missions, ce projet de loi leur donne au contraire davantage de responsabilités. Une mesure d’autant plus scandaleuse que le gouvernement n’hésite pas à instrumentaliser le suicide de Christine Renon pour passer en force.

Ce projet de loi s’inscrit en outre dans un vaste processus de caporalisation des enseignant·e·s. Il entend faire des directeurs et directrices d’école les contremaîtres d’un genre nouveau, chargés de surveiller leurs collègues et de faire respecter les consignes hiérarchiques, au détriment de la liberté pédagogique des enseignant·e·s et de la démocratie dans les écoles. Nouvel avatar du nouveau management public, il s’agit une fois encore de s’inspirer des méthodes du privé pour mettre au pas la fonction publique.

L’école n’est pas une entreprise et ne saurait fonctionner comme telle. Les communistes dénoncent cet énième coup de force du ministre de l’Éducation nationale et de ses députés. Parce qu’il est urgent d’écouter et de prendre en compte la souffrance des directeurs et directrices d’école, nous revendiquons :

  • davantage de moyens pour leur permettre d’assurer leur mission, sous la forme de décharges d’enseignement mais aussi de secrétariats d’école ;

  • moins de procédures bureaucratiques absurdes et chronophages, qui ne visent le plus souvent qu’à évaluer et contrôler le travail des enseignant·e·s et des directeurs et directrices d’école, les empêchant précisément de faire leur travail ;

  • le respect de la liberté pédagogique des enseignant·e·s ;

  • la reconnaissance par la hiérarchie du travail effectué par les enseignant·e·s, notamment par les directeurs et directrices d’école, qui doit se traduire, entre autres, par l’augmentation de leur traitement.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Un emploi fonctionnel pour les directeurs et directrices d’école ? L’école n’est pas une entreprise !

le 23 juin 2020

A voir aussi