Réseau école du Parti communiste français

Réseau école du Parti communiste français
Accueil
 
 
 
 

Un gouvernement contraint de faire composer des élèves par la force n’est pas légitime !

Dans le sillage des États-Unis, de Bruxelles et du sommet de Davos, Emmanuel Macron vient de recevoir comme un chef d’État, Juan Guaido, alors qu’il a été désavoué par les siens, le 5 janvier dernier à l’assemblée nationale de son pays. L’opposition de droite lui a préféré Luis Parra, un député rival après un vote de l’Hémicycle à l’occasion du changement de présidence.

C’est au moment où Juan Guaido est de plus en plus fragilisé sur la scène internationale, tout comme dans son pays, que le président Macron met en avant celui qui représente aujourd’hui l’arrière-ban de l’extrême-droite latino-américaine, autoproclamé président au mépris du suffrage universel.

En soutenant Guaido, au mépris des questions de souveraineté nationale, Emmanuel Macron marque un pas de plus sur sa réelle idée de la démocratie et sa vision du rôle de la France à l’échelle internationale.

Par cet acte, il donne une image bien pitoyable et inquiétante de la fonction présidentielle. Il rabaisse la politique diplomatique de la France a un niveau rarement atteint.

Au lieu de mettre de l’huile sur le feu, notre diplomatie devrait favoriser le dialogue avec le pouvoir vénézuélien et respecter la souveraineté du peuple vénézuélien comme celle de tous les peuples d’Amérique Latine qui subissent l’impérialisme américain.

Parti communiste français
Paris, le 27 janvier 2020

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.