Réseau école du Parti communiste français

Réseau école du Parti communiste français
Accueil
 
 
 
 

Loi Blanquer : la droite sénatoriale aggrave le texte

La loi Blanquer sera soumise ce mardi au vote solennel des sénateurs et des sénatrices. Des nouvelles missions accordées aux chefs d’établissements ainsi qu’aux directeurs et directrices d’école à l’interdiction du voile pour les parents accompagnateurs lors des sorties scolaires, le Sénat aura aggravé le texte dans ses aspects les plus libéraux et réactionnaires.

Le Sénat a finalement décidé de revenir sur la création des établissements publics des savoirs fondamentaux (EPSF), qui avait suscité une importante mobilisation des enseignant-e-s mais aussi des élu-e-s locaux. Une concession qui ne suffira pas, cependant à faire illusion. Ainsi, les établissements internationaux (EPLEI), qui pourront sélectionner les élèves en fonction de la maîtrise des langues étrangères et qui pourront bénéficier de financements publics comme de financements privés sont maintenus dans la loi. De même, l’instruction obligatoire dès l’âge de trois ans contraindra les communes à subventionner l’enseignement privé, au détriment des écoles publiques. Autant de mesures qui risquent d’amplifier les inégalités scolaires, consacrant l’institution d’une école à deux vitesses.

Des formations obligatoires durant les vacances à l’annualisation du temps de service, sans oublier le fameux article 1, le métier, la liberté d’expression et le statut des enseignant-e-s sont attaqués. Surtout, les pouvoirs des chefs d’établissements mais aussi des directeurs et directrices d’école sur les équipes enseignant-e-s sont renforcés. Le Sénat confirme ainsi la conversion à marche forcée de l’Éducation Nationale au nouveau management public.

A l’essence néolibérale de ce projet de loi, qui devrait être entériné par la majorité sénatoriale de droite, ont été ajoutés de nombreux amendements les plus réactionnaires qui soient. La droite impose ainsi dans le texte deux de ses mesures phares. D’une part, la suppression des allocations familiales en cas d’absentéisme des enfants, alors même que cette mesure est contre-productive et discriminatoire. Ce sont les familles les plus pauvres qui seront majoritairement concernées, ce qui ajoutera de la misère à la misère. D’autre part, l’interdiction pour les parents d’accompagnateurs de porter le voile lors des sorties scolaires est une mesure discriminatoire, qui ne fera qu’exclure encore un peu plus certains parents de l’école… et certains enfants. Le projet de loi « pour une école de la confiance » ne pouvait plus mal porter son nom !

Dans la rue comme dans les deux assemblées, les communistes se sont opposés à ce projet de loi et continueront de mener la bataille. Avec les enseignant-e-s, personnels de l’éducation et les parents d’élèves, nous proposons de construire une école de l’égalité et de l’émancipation.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.