Réseau école du Parti communiste français

Réseau école du Parti communiste français
Accueil
 
 
 
 

Budget de l’école et de la formation : Macron confirme l’austérité !

Très affaibli, le Président de la République a cherché hier soir à calmer la colère des Françaises et des Français. Pour la première fois depuis le début du quinquennat, Emmanuel Macron a concédé quelques reculs au mouvement social. Cependant, derrière les nombreux effets d’annonce, ces mesures sont pour beaucoup en deçà des attentes quand elles ne sont pas dangereuses. En matière d’éducation, le discours d’Emmanuel Macron est contredit par la politique menée depuis un an et demi.

 

Emmanuel Macron a déclaré que « l'investissement dans la nation, dans l'école et la formation, [était] inédit » et ajouté qu’il confirmait cet investissement. Un comble quand on sait que 2.650 postes seront supprimés à la rentrée prochaine dans les collèges et lycée alors que 38.000 élèves supplémentaires sont attendus. De manière générale, l’augmentation du budget du ministère, qui ne suffira pas à compenser l’inflation, cache en réalité une diminution réelle des moyens. Les subventions accordées aux établissements par les collectivités locales sont également, dans beaucoup de territoire, en baisse, compte tenu de l’asphyxie financière dans laquelle le gouvernement les a lui-même engagées. De même, le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche est également concerné. Les suppressions de postes au CNRS n’en sont que la dernière conséquence.

 

Augmentation du nombre d’élèves par classe, parfois jusqu’à 35 voire 36 dès la maternelle, bâtiments de plus en plus dégradés faute d’entretien, matériel vieillissant, trop souvent dysfonctionnant… Les élèves comme les personnels sont victimes au quotidien de cette austérité budgétaire.

 

L’augmentation des moyens pour l’Éducation semble jusqu’à présent très loin des préoccupations du gouvernement. Si nous appelons de nos vœux à la fin de l’austérité budgétaire, il ne sera possible d’engager des dépenses supplémentaires sans recettes nouvelles pour l’État. Or, Emmanuel Macron n’a proposé aucune mesure en ce sens. Nous demandons notamment au gouvernement de rétablir l’ISF ou encore de s’attaquer sérieusement à l’évasion fiscale pour permettre de financer les services publics à la hauteur des besoins. Nous n’accepterons pas que l’Éducation nationale soit habillée en déshabillant la Santé ou la Justice.

 

Par ailleurs, le Président de la République a ignoré les principales revendications des lycéen·ne·s et des étudiant·e·s mobilisés en ce moment. Par ce silence, Emmanuel Macron montre une nouvelle fois son mépris pour les jeunes. Nous demandons d’abord l’abrogation de la loi ORE et la remise à plat des réformes du baccalauréat, du lycée général et technologique, mais aussi du lycée professionnel et de l’orientation. Nous demandons ensuite le retrait du projet de loi « pour une école de la confiance ». Nous demandons enfin au gouvernement de renoncer à l’augmentation des frais d’inscription universitaires pour les étudiant·e·s extra-communautaires.

 

Le Parti communiste français mène la bataille avec les lycéen·ne·s et étudiant·e·s, mais aussi les parents, enseignant·e·s et personnels qui continueront de manifester toute cette semaine. Nous condamnons à nouveau les violences policières par lesquelles le gouvernement tente de faire taire les jeunes. Cette répression, irresponsable, ne fera cependant que renforcer notre détermination. Nous ne nous contenterons pas des miettes et tolérerons encore moins l’émiettement du budget de l’Éducation nationale !

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.