Réseau école du Parti communiste français

Réseau école du Parti communiste français
Accueil
 
 
 
 

Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien

Pas d’argent pour les fournitures ? Cherchez vous des sponsors ! L’Éducation nationale, elle, en a trouvé : Microsoft fournit les ordinateurs… à condition de récupérer les données de nos enfants, et de les habituer à bien consommer. Pas de place pour tout le monde à l’université ? On tire au sort ! Et pour les perdants, année blanche et jobs mal payés, c’est formateur. Pas assez d’enseignants pour tenir la promesse des CP à 12 ? Et là, on ne peut pas tirer au sort ? Tant pis alors, il suffira de surcharger un peu plus les autres classes…

 

C’est la rentrée dans la start-up nation.

 

L’école, vous la prenez avec ou sans mercredi matin ? Et le collège, vous le voulez-comment ? Un peu plus de maths, un peu plus de français ? Public ou privé ? Il paraît qu’on a le choix… Sauf quand il n’y a plus de place, qu’on n’a pas de quoi payer ou qu’on habite dans le mauvais quartier.

 

À l’école, c’est comme au travail : la start-up nation, c’est tous contre tous et chacun pour soi.

 

Des établissements autonomes, pour apprendre la concurrence aux élèves dès le plus jeune âge. Des formations individualisées, ça rend plus difficiles les revendications communes. Un code du travail par entreprise, un baccalauréat (au contrôle continu) par établissement, ça limite les possibilités d’action collective.

 

À l’école, c’est comme dans les gares, il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien.

 

Autant faire le tri le plus tôt possible. Ça coûtera moins cher. Et puis ça évitera à ceux qui ne sont rien de se prendre pour quelque chose, d’avoir des idées, de les mettre en commun et puis tout d’un coup, de vouloir être tout.

 

Retrouvons-nous le 12 septembre dans la rue pour crier haut et fort que ni nous, ni nos enfants ne sommes « rien » ; que la réussite de tous est un choix politique, et qu’elle passe par une transformation de l’école ; que nous voulons maîtriser nos vies, notre travail, l’avenir de notre pays et du monde et que nous avons besoin pour cela d’une éducation de haut niveau pour tous, reconnue par des qualifications communes. Et après le 12 septembre, continuons ensemble.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.